Partagez | .
 

 Murmures mon nom, tremble à mon approche! Lannister L. Erom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lannistair L. Erom

Roi des Paliontos

avatar

Messages : 1083
Date d'inscription : 23/01/2014

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: Maussade, fou est celui qui osera me provoquer!
Statut Rp: Ouvert
Mes relations: à venir...

MessageSujet: Murmures mon nom, tremble à mon approche! Lannister L. Erom    Sam 8 Fév - 15:32


EROM Lannistaire L.



INTRODUCE YOURSELF



•NOM ET PRENOM
: EROM Lannistaire L.
•ÂGE : 23 ans
•CLAN : Paliontos




BEAUTIFUL, ISN'T IT ?



•PHYSIQUE/ CARACTERE:
Que dire de Lannistair qui n’est pas encore de notoriété publique ? Un homme tel que lui, à un tel rang ne peut rester inconnu.

Sous ses airs de gueule d’ange se cache un des êtres les plus vicieux et les plus cruels. Malveillant au possible, il ne fait que détruire et soumettre. Le sang barbare coule dans ses veines et il en a fait son chemin de vie. Ainsi il écrase quiconque s’opposerait à ses envies.

Pour comprendre il faut remonter à son enfance. Car il n’a pas toujours été ce tyran. Enfant discret, il vécut très mal son adolescence dans l’ombre de ce frère appelé à devenir le roi. Il devait sans cesse prendre exemple sur Norien. Son père plaçait en lui de grands espoirs. Lannistair s’effaçait de jour en jour. Avec son physique atypique chez les barbares, il dénotait dans le château et était appelé à n’être que le nabot du roi. Mais là où le physique pêchait, l’intelligence prenait le pas.

Lannistair n’a pas le physique d’un barbare à première vue. Il peut même donner l’impression d’être chétif. Pas bien gros, il est pourtant tout en muscle, fruit de nombreuses heures d’entraînement solitaire loin des regards moqueurs. Mais si vous regardez bien dans ses yeux, vous verrez cette flamme qui attise le sang chaud de ses pairs. Une flamme de folie pure, masquée par un visage d’ange. Au premier abord, s’il n’avait pas sa réputation, on pourrait lui donner notre confiance. On pourrait même être attiré par lui. Son visage, il l’a hérité de sa mère. Son caractère, de l’éducation donnée par son père. Etant le second enfant, chétif qui plus est, il devait faire ses preuves deux fois plus fortes que son frère. Et il réussit. Conter tout attente son père au seuil de la mort se reconnu en lui. Aucun remord, aucune peine, juste l’avidité d’accéder au pouvoir, car là où Lannistair fut intelligent c’est en devenant le confident de son frère.

Depuis son ascension au trône, il est devenu un être impitoyable. Que ces soit avec ses ennemis, mais aussi avec ses hommes. Personne ne doit avoir le dessus sur lui. Intraitable, il ne revient jamais sur une chose qu’il a dite. Pervers au possible, les femmes gardent des traces de son passage sur le corps. Personne ne peut entrer dans la tête de cet homme, il sait parfaitement tenir les gens loin de lui et de ce qu’il cache à l’intérieur. Car sous ces airs de monstre, très profondément reste une parcelle humaine. Celle donné par sa mère dont il était très proche. Mais personne encore n’a pu le voir sous ce jour…


• TON HISTOIRE :

Once upon a time…

Naître dans une famille royale n’est pas simple. Mais une famille royale barbe cela est encore plus difficile. Surtout si vous êtes né de faibles conditions physiques. C’est ce qu’il se passa pour Lannistaire. La femme du roi était très souffrante durant sa grossesse. Mais le roi n’en avait cure, tout ce qu’il voyait c’était l’espoir d’avoir un second fils. Comme ça si le premier venait à mourir, sa lignée continuerai de vivre grâce à ce second enfant. Quand on descend d’une si ancienne famille, la lignée est très importante. Propager l’héritage des barbares ! Dans le sang et la violence. C’est ainsi que naît Lannistaire, dans le sang et la violence. La mère du petit eut un accouchement difficile, n’arrivant pas à mettre l’enfant au monde car trop fatiguée. Alors le roi fou de colère contre cette femme qui n’arrivait pas à faire ce pour quoi elle était née commença à appuyer sur son ventre proéminant. Seule la réaction du médecin qui se mit entre le roi et sa femme garda celle-ci vivante. Tant bien que mal, l’enfant naquit. Et la reine survécue… Peut-être aurait-elle préféré mourir si elle savait le sort qui lui était destiné…

Lannistaire grandit auprès d’un père indifférent et violent et d’une mère craintive mais aimante. Et puis il y avait Norien, le premier fils du roi, son frère. Ensemble ils s’inventaient des rêves. Lannistair adorait son frère. Jusqu’au jour où son père décida que son aîné était en âge de prendre les armes. Norien et Lannistair furent alors séparé et se croisèrent rarement… Le petit avait 5ans et Norien 10 ans. A croire que le but du roi était de faire naître la rage et la rivalité entre les deux. Autant Norien était porté en héro, autant Lannistair au corps chétif était montré du doigt et humilié devant la cour… C’est à partir de ce moment-là que le futur roi commença à haïr son propre frère. Mais jamais il ne le battrai en égal il le savait….

… De ta main tu as donné la mort …

Lannistair grandit tant bien que mal dans l’ombre de ce frère adulé. Il avait une telle force de caractère qu’il s’entraînait des heures durant, seul, loin des regards. Il voulait leur montrer à tous qui il était ! Il grandit donc sans se faire remarquer, recevant les coups de son père. Mais il n’en avait cure, sa mère était là toujours pour lui panser ses plaies. Et il lui parlait, il lui disait qu’ils s’enfuiraient tous les deux, loin de ce roi cruel et de ce monde de barbare.

A l’âge de 12 ans sa vie bascula et scella son destin. Son frère avait 17 ans, l’âge pour passer son rituel et entrer officiellement dans les rangs des paliontos en attendant de devenir roi à son tour. Une grande fête fut organisée, beaucoup de gens invités. Ils étaient tous dans une grande salle et Norien était au centre, attendant les instructions. Son père le fit se débarrasser de l’armure qu’il avait et lui donna un poignard. Lannistair remuai sur son siège près de son père. Sentant qu’il allait se passer quelque chose il regardait partout. Puis il vit sa mère arriver, mains liées par une corde, vêtue d’un linge blanc. Les yeux baissée elle semblait résolu. Lannistair se leva mais son père le força à se rassoir et à ne plus bouger. Il ordonna alors à Norien d’égorger la reine.

Le temps sembla se figer. Lannistair supplia son frère des yeux. Mais Norien s’obstina à ne pas le regarder. Le garçon s’approcha alors de la femme à genoux, pleurant en silence. LA salle était silencieuse, tous les yeux braquer sur le jeune homme. D’un geste vif, il trancha la gorge et un flot rouge carmin se déversa à ses pieds. La femme n’avait émis aucun son, juste le bruit de son corps s’effondrant au sol. Quelques secondes le silence resta figé. Puis le roi poussa un cri de victoire en offrant le titre de chevalier à son fils. Lannistair ne bougea pas de son fauteuil, les yeux braqué sur le corps sans vie de la seule personne qu’il avait aimé. Puis doucement il releva la tête, aucune larme ne coulait sur ses joue. Il croisa le regard de Norien. Son frère semblait s’excuser. Mais Lannistair ne le vit pas. Il se levait doucement et sorti de la salle, les laissant à leur fête. Mais ce jour il décida de venger sa mère. Ce jour avait scellé son destin, celui de son frère et surtout celui de son père.

… Dans l’ombre je te surveille, dans l’ombre je me prépare …

Norien était venu s’excuser. Une marque de faiblesse que Lannistair nota. Il aurait été un de ces barbares sans cervelle, il l’aurait tué là sur le champ profitant de la situation. Mais Lannistair était beaucoup plus futé que ça ! S’il avait tué l’héritier du trône, son père l’aurait à son tour tué. Lannistair resta donc stoïque face à son frère, écouta ce qu’il avait à lui dire. Lorsque Norien eu finit, les seuls mots qui franchirent les lèvres de Lannistaire furent «  Ce n’est pas grave, ce n’était qu’une femme. Seuls nous les hommes comptons mon frère ». Aucune larme, aucune faiblesse. Lannistair était sur de lui. Son but était de se rapprocher de son frère, de l’amener à penser comme lui. LE façonner afin que son père n’ai plus d’emprise sur lui. Si la violence marchait, les mots eux étaient plus forts et s’encraient dans l’esprit.

Et Lannistair réussi. Norien doutait, Norien ne voulait plus être roi. Seul dans ses appartements, Lannistair jubilait. Il serait roi. Leur père ne sera pas d’accord il le savait mais à deux ils le feraient plier ou alors… Et puis un soir tout bascula. Aux yeux de tous les paliontos cette soirée restera l’apogée de Lannistair. La salle des repas était bondée. Chevaliers et monarque prenaient des forces après une bataille assez éreintante. Le roi ayant un peu trop bu, commença à s’en prendre à Lannistair.

_ Paresseux ! Toi roi ? Jamais tu m’entends ! Norien n’a pas le choix et s’il faut en arrivé à là, je te briserai pour que ton frère prenne la place qui lui revient ! Tu n’es qu’une raclure, comme toi mère !

Norien se leva et vint s’interposer entre son père et son frère.

_ Tu ne le toucheras pas père ! Ou alors tu perdras ta vie avant l’heure !

Le roi partit dans un rire cruel. L’œil aviné, son esprit chauffait très vite. Lannitair n’avait rien dit mais s’était levé. Le visage impassible, il saisit un couteau qui se trouvait non loin de lui. Levant les yeux vers son père, il accrocha son regard. Cela suffit pour enflammer les sens du roi. Attrapant Norien, il l’envoya contre le mur et se rua sur Lannistair. Ce dernier ne bougea pas d’un pouce. Mais lorsque son père l’attrapa, tout se passa très vite. Les longues heures entrainement solitaires avaient servi à quelque chose. Lannistair était beaucoup plus souple et rapide. Très vite il maîtrisa le monarque. Il le tint face à tout le monde. Le roi suait, le roi était hagard, ne comprenant pas comment son chétif de fils avait réussi à le maîtriser. Lannistair se pencha alors afin de pouvoir murmurer quelques mots à l’oreille de son père.

_ Pauvre vieux fou, la colère est la pire faiblesse ! Tu croyais que je ne valais rien, mais tu n’as pas vu espèce d’aveugle. En secret loin de vos regards inquisiteurs je me préparais. A quoi ? A ce jour ! Qui sera ton dernier… Je pense que tu as passé trop de temps sur cette terre. Salue bien ma mère quand tu la verras !

D’un geste sur, Lannistair planta son couteau en plein dans le cœur de son père. Le Roi ne sentit presque rien. Puis Lannistair comme prit de frénésie égorgea le roi d’une telle force qu’il le décapita presque. Le sang jaillissait en cascades. Le jeune homme en avait partout, lui donnant l’apparence d’un dément.

La salle était restée silencieuse. Tous le regardaient avec une lueur de crainte. Qui était devenu ce jeune homme ? Lannistair leur jeta un regard dédaigneux, poussa le cadavre de son père du pied afin de le faire rouler jusqu’à eux, puis comme si tout était normal, il alla s’assoir sur le trône. Il était à présent roi. Norien sembla sortir à cet instant de la transe dans laquelle l’avait plongé la scène. Droit et impassible il dit haut et fort « Vive le roi Lannistair, descend des rois barbares et digne successeur de feu le roi ». Toute la salle répéta ces mots, du bout des lèvres. Un roi cruel venait de naître. Un règne de terreur débutait …

Lannistair n’avait plus de limite à présent. Et son prochain combat fut les Mélianas …



BEDIND THE SCREEN




PRENOM /PSEUDO; Ysadlin
ÂGE; 31 ans
AUTORISEZ-VOUS LE VEILLEUR A INTERVENIR DANS VOS RP ( rassurez vous, ses interventions sont très rares.) : oui ^^
TON AVIS SUR LE FORUM; *o*
MOT DE LA FIN; *o*[/color]







© maxou'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Murmures mon nom, tremble à mon approche! Lannister L. Erom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Heather Lannister
» Ton heure approche ...
» Ne t'approche pas ou je te saute dessus! (PV: Etoile du Cerisier)
» Sans famille, seul au monde, on tremble dans le froid ✖ ( terminé )
» MAISON LANNISTER ▲ je rugis [1/4]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Je, Tu , Il ... :: Présentations-