Partagez | .
 

 Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Veilleur

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Mer 5 Mar - 11:50

L’accord était scellé. Anton Stavros avait réussir à asseoir sa réputation et à gagner du pouvoir. Comment ? En promettant sa fille au roi Paliontos, Lannistair L. Erom. Mais alors qu’elle était en âge de se marier, elle disparut. Que c’était-il passé ? Où était-elle ? Comment tout avait pu lui échapper à l’aube de sa suprématie ?

Le roi avait été furieux, le menaçant de représailles de prime abord. Mais Anton réussit à le calmer, lui promettant de la retrouver et de la lui emmener. Alors les deux hommes décidèrent de donner une audience publique. Pour la rechercher, pour la retrouver. La population n’aura d’autre choix que de les aider. Soit ils coopèrent et relèveront de l’or, soit ils couvraient les responsables et leurs têtes rouleront sur le pavé…

Dans l’ombre les Saliens ont eu vent de cette audience. Une bonne occasion de faire leur premier coup d’éclat ! Le roi était à leur portée, tout près ! Qu’ont-ils décidé de faire ?

Ordre de passage Rp :

_ Anton Stavros
_ Lannistair L. Erom
_ Maëlya Stavros
_ Eden Campbell
_ James Blackbird
_ Gabriel Campy

A Savoir :

Anton Stavros n’étant pas encore joué sur le forum, le veilleur prendra sa place et jouera sous le nom d’Anton.
Rps seront ouvert. Un pour l’audience publique (le roulement sera défini selon les inscrits), un autre dans la salle secrète des Saliens pour préparer leur action.

Pour toute question, veuillez contacter Lannistair L Erom qui vous répondra avec plaisir  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Veilleur

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Mer 5 Mar - 18:55

Le roi va venir. Lorsque je reçu la missive mon cœur à manquer un battement. Il est certain que je suis chef en mon royaume mais je n’oublie pas qui m’a conféré le pouvoir qui m’appartient aujourd’hui. Sans les Mélianas et les Paliontos je ne serai qu’un simple noble. Mais ils leur fallaient un visage pour leur neutralité. Et ils me choisirent. J’ai mis toutes les chances de mon côté cependant. Promettant ma fille à ce roi si cruel. Maëlya… La prunelle de mes yeux et pourtant celle qui causera ma perte. Elle ne m’a pas compris. Ou alors l’avait-on enlevé ? Aujourd’hui je ne sais plus… Tout ce que je sais c’est qu’elle a disparu sans laisser de traces, de mots… Je suis un père effondré mais aussi un souverain inquiet. Elle était ma fille mais aussi l’assurance d’une longue vie pleine de richesses… J’avais promis ma fille à Lannistair et maintenant ?

Le roi va venir, il est déjà en route à l’heure où je lis la missive. Et vu le ton il est loin d’être heureux. Alors j’ai tout préparé pour lui montrer ma bonne volonté. J’ai préparé une oraison publique. Une estrade est finit d’être montée et bientôt je foulerai ce sol en compagnie du Roi. Ainsi nous ferons ensemble un discours public. Ma fille contre de l’argent. Si elle avait été enlevée seul ça pourrait me la ramener. Si elle s’était enfuit alors certains êtres vénaux viendront réclamer quelques pièces contre elle, j’en suis certain. Mais pourquoi serait-elle partie de sa pleine volonté ? Je ne pouvais le comprendre. Ma propre fille ! Comment aurait-elle pu faire ça en sachant que je risquais ma vie derrière ! Je suis son père !

Un garde est venu me chercher. Lannistair est là à présent. Il est l’heure. Maëlya où que tu sois, retrouve la raison si ta disparition est de ton fait. Ma prière muette me donnait la force nécessaire pour rencontre le roi. J’étais en faute, je risquais tout. Il fallait que j’arrive à inverser les choses. Je descends avec une assurance feinte. A la moindre trace de faiblesse, le roi aurait ma tête… Je le vois, impatient, agacé. Il n’a pas envie d’être là si ce n’est pour réclamer vengeance. Ma fille était un trophée et elle lui avait glissé entre les doigts. Il est en colère et moi je risque ma tête…

_ Bonjour Roi Erom, malgré les circonstances je suis ravi de vous voir.

Il ne faut pas que je lui montre mes doutes. Je suis moi aussi à la tête d’un royaume. Je suis peut-être plus faible mais je dirige ici. C’est ma maison. Et même si ma famille a mis le roi dans l’embarras, ça ne signifie pas que je doive m’écraser. Et au final, n’essaie-je pas de régler ce petit soucis ?

_ L’estrade nous attend. La population est venue en masse. Il ne fait nul doute que bientôt Maêlya sera avec nous et vous pourrez l’épouser.

Je lui fais un geste en direction du parvis. Les gens l’attendent et moi je me demande encore ce qui va m’arriver à la fin de cette journée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lannistair L. Erom

Roi des Paliontos

avatar

Messages : 1083
Date d'inscription : 23/01/2014

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: Maussade, fou est celui qui osera me provoquer!
Statut Rp: Ouvert
Mes relations: à venir...

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Mer 5 Mar - 20:33

Le roi fulminait. Jamais il n’avait été autant humilié ! Et par une femme ? Vraiment ? Il tournait en rond, grognait sur tous ceux qui l’approchaient. Maëlya… Qu’il haïssait se prénom ! Jamais Lannistair n’avait apprécié cette femme, même s’il fut capable d’apprécié quelconque spécimen féminin. Sa beauté ne le touchait pas. Fade et inintéressante, il avait pourtant accepté la proposition de cet arriviste d’Anton. Ce fou aurait vendu sa fille pour une bouchée de pain pour peu que cela lui rapporte quelque chose. Mais on pouvait se demander ce que ça apportait au roi Paliontos. Car il avait déjà le pouvoir en son royaume et la plupart des gens le craignait. Alors pourquoi… Effectivement Lannistair lui-même s’était souvent posé la question. D’un côté cela lui permettra d’avoir une femme de naissance noble pour lui apporter des enfants. Et ensuite, lorsqu’Anton viendra à partir (pourquoi pas dans un malencontreux accident) le fils de Lannistair pourra revendiquer le trône de Valbrume sans que les Mélianas ne puisse répliquer. Ainsi le roi Erom aura à sa charge deux grands et puissants royaumes. Et alors il les écraserait ses femmes impudentes ! Il fera alors un festin de plusieurs jours et laisserai à ses hommes la joie de pouvoir souiller ses célèbres amazones ! Mais avant il lui fallait retrouver celle qu’il devait prendre pour épouse. Son père était resté plutôt évasif sur le sujet. Mais le roi ne croyait pas à l’enlèvement. Qui aurait bien pu vouloir mettre la paix apparente en péril ?

Il avait voyagé vite. Envoyant une missive à Anton Stavros, le roi avait pris la route sur le champ. Il ne laisserai pas une femme l’humilier de la sorte ! Ou quiconque ayant un rapport avec cette affaire. Il ramènerai Maëlya chez son père et il l’épouserai sans plus attendre. Me futur de son Royaume en dépendait. Le roi avait toujours un coup d’avance sur ses adversaires et elle en faisait partie ! Personne ne pouvait contrecarrer ses plans ! Alors Lannistair avait décidé de se mettre en route sur le champ, emmenant avec lui Eden. Elle était malgré lui sa faiblesse actuelle. La fascination qu’il portait à la jeune femme allait le mener à sa perte, il le sentait. Mais il ne pouvait s’empêcher de la vouloir près de lui. Le fait qu’elle lui cache autant ses secrets y était pour beaucoup, il le savait.

Leur arrivée à Valbrume avait été relayée par les trompettes de la Citadelle. Le peuple savait que le Roi Erom arrivait. Il savait aussi qu’une allocution publique allait être faite. Lannistair était déjà agacé de devoir jouer au bon roi devant ce public. Mais il voulait garder fier allure et montrer son « réel » intérêt pour Maëlya. Alors il ferait bonne figure, lançant son désarroi factice à la face de tous ces gens. Et il leur lancerai les pièces d’or, seul moyen pour les faire parler… Et quand la jeune femme lui sera restituée, il ne la laisserai plus jamais lui échapper, quitte à l’enchaîner dans son château !

_ Bonjour Roi Erom, malgré les circonstances je suis ravi de vous voir.

Lannistair fit un geste agacé. La flatterie ne marchait pas avec lui. Son sang s’était comme glacé à la vu de ce fanfaron. S’il ne tenait qu’à Lannistair, il serait déjà mort à ses pieds…

_ L’estrade nous attend. La population est venue en masse. Il ne fait nul doute que bientôt Maëlya sera avec nous et vous pourrez l’épouser.

D’un reniflement de dédain, Lannistair lui répondit :

_ Vous me laisserez parler ! Je pense que vous m’avez assez ridiculisez devant votre peuple en laissant disparaître votre fille !

Et sans un mot de plus, le roi partit en premier et monta sur l’estrade. Face à lui la foule de badauds semblait attendre qu’il prenne la parole. La curiosité avait regroupé une bonne partie des habitants de la ville. Bien. Plus il y aurait de monde et plus il y aurait des résultats. Le Roi salua la foule et commença à parler d’une voix douce, sa voix diplomatique :

_ Chers habitants de Valbrume je vous salue. Vous n’êtes pas sans savoir que ma bien-aimée Maëlya Stavros, fille de votre Seigneur Anton Stavros, a disparu dans des circonstances mystérieuses. Et si je viens aujourd’hui vous parler c’est parce que mon cœur saigne de son absence. Alors quiconque aurait un renseignement menant à sa libération sera récompensé par des pièces d’or ! Je vous en prie peuple bien aimé, aidez-nous à la retrouver !

Sur ces derniers mots Lannistair fit mine d’essuyer une larme sur sa joue. Il n’était pas dupe, sa cruauté était connue de tous ! Mais un petit jeu de tristesse pouvait peut-être adoucir certains cœurs. Ou alors l’argent fera le reste !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlya Stavros

Membre des saliens

avatar

Messages : 595
Date d'inscription : 10/02/2014
Age : 25
Localisation : Valbrume

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: Maussade
Statut Rp: Open
Mes relations:

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Ven 7 Mar - 21:37

Après s’être réuni avec les autres saliens, Maëlya partie en courant pour chercher ses affaires afin de se préparer. Ils n’avaient pas beaucoup de temps pour préparer leur coup. Anton Stavros, son horrible père, avait envoyé des missives pour retrouver sa fille dans toute la ville de Valbrume. Ne voyant aucun retour positif, il avait décidé, pour apaiser la colère du roi Erom, de faire passer un message aux gens de la ville. Certainement donner de l’argent en contre partie de son retour au château. Il ferait tout pour la retrouver et la marier avec cette ignoble personne. Mais il ne pourra jamais réussir ce stratagème… ça elle ferait tout pour qu’il échoue.

Les saliens avaient ouïs dire cette information peu avant le bas peuple. Les espions saliens s’infiltraient petit à petit dans les rangs des nobles, auprès de ces derniers pour se renseigner. Pour l’instant il n’y en avait pas beaucoup mais ils étaient bien positionnés pour ne rater aucune miette. Le roi Erom allait venir en personne pour récupérer la princesse en fuite. Il serait accompagné de sa garde personnel et à priori d’une esclave.

Le petit groupe de rebelle s’était réuni et avait conclu qu’ils avaient besoin de Maëlya pour détourner l’attention des deux rois. La princesse leur avait exposé son idée qui leur permettrait de mener à bien leur mission. Quant à elle, la jeune femme pourra se protéger et ne pas se faire attraper par les gardes de son père ou de ceux de ce satané roi. Enfin, en théorie.

Alors qu’elle arrivait à l’entrée de la ville, Maëlya entendit les trompettes raisonner dans toute la ville. Le roi Erom passait devant elle, dans son carrosse, acclamé par la foule qui le craignait. Maëlya, cachée par son voile, le regarda un court instant puis se précipita vers un lieu que peu de personne connaissait et qui amènerait à une position clé. Ce lieu était à l’extérieur de la ville. Son entrée était au nord de la ville, et ressemblait à une caverne qui s’enfonçait dans les profondeurs de la terre. Au début de la construction de la Citadelle d’Havregarde, les architectes avaient eu la bonne idée de créer des passages secrets qui permettraient au roi et aux nobles de s’enfuir en cas d’attaque. Seulement ils étaient tombés sur un vieux labyrinthe sous terre. Ils n’avaient pas pu identifier la personne ou créature qui l’avait creusé mais bon nombre d’architecte était mort lors de leur vadrouille souterraine. Cette information se perdit dans le temps et ce fut Maëlya, qui pendant son enfance était très agitée, trouva un des passages par hasard alors qu’elle jouait avec un chien offert par son père. Sa curiosité l’avait poussée à se perdre plus d’une fois mais grâce au flair de son gentil compagnon à quatre patte, ils avaient réussi à trouver une sortie. La même sortie que la princesse allait prendre. Il fallait qu’elle se dépêche à tout prix. Le chemin, elle le connaissait par cœur, l’ayant fait maintes fois à l’aveuglette. Se retournant pour voir s’il n’y avait personne, elle entra dans les profondeurs de la terre.

Marchant rapidement, elle dut ralentir le pas lorsque la lumière se fit de plus en plus difficile. Elle avança d’un pas léger sentant qu’à certains endroits, elle devait se baisser pour traverser dans les trous creusé dans la terre. Elle sentait que l’air allait lui manquer mais il fallait arriver à la cheminée de sa chambre. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’était plus repassée par là mais elle se rappelait que trop bien de ses escapades souterraines. Elle rampa à un moment puis sentie un mur froid, dur comme de la pierre. Elle tira sur une chaine en fer et un déclic se fit entendre. La porte de la cheminée s’ouvrit dans une rafale de vent qui s’engouffra dans le tunnel. Le feu était éteint, les rideaux de sa chambre laissait entrer une grande lumière dans la pièce. Elle jeta un coup d’œil. Personne dans la pièce. Sortant de là, elle essuya son pantalon noir, épousseta son haut à manche longue puis remit correctement son masque en cuir qui cachait une partie de son visage. Elle fit quelques pas dans la chambre, entendant encore les trompettes raisonner. Elle allait pour sortir de la pièce quand un cliquetis se fit entendre. La jeune femme se jeta contre le mur près de la grande porte en bois massif. Un visage connu entra dans la pièce. C'était sa servante, sa "bonne" comme elle aimait l'appeler car elle avait toujours était gentille avec elle. Maëlya ferma la porte et se jeta sur sa servante pour lui couvrir la bouche afin qu'elle reste silencieuse.


Ma Nina ne cris pas, c'est moi, Maëlya.

La servante étouffa un cri puis se détacha rapidement de la princesse. Offusquée un court instant, c'était les larmes aux yeux qu'elles se retrouvèrent dans les bras l'une de l'autre. Elle lui faisait confiance. Combien de fois l'avait-elle protégée lorsqu'elle faisait des bêtises... elle ne comptait plus. C'était sa vieille Nina, sa mère de substitution.

Princesse, allez vous en, vous allez vous faire attraper! Repartez, votre père va tout faire pour vous retrouver... il vous aime tellement ma petite Maëlya.

Non, il ne m'aime pas. S'il m'aimait, il ne me ferait pas ça... Nina, on ne s'est pas vu, pour ta sécurité... promet moi de dire que tu ne m'as pas vu...

Elle hocha de la tête puis Maëlya sortie de la chambre. Tout le monde était réunis autour de l'estrade. Les quelques servants étaient plus occupés par leur devoir que par la présence d'une personne. Mais la princesse restait discrète, se cachant dès que possible. Elle arriva à une grande fenêtre ronde amenant à un petit balcon qui permettait d'avoir une vue imprenable sur Valbrume. En bas, quelques mètres plus bas, le roi Erom, terminait son discours dès plus horripilant. Enlevant son masque, détachant ses cheveux ondulés, la jeune femme s'avança sur le petit balcon qui faisait moins d'un mètre de largeur.

Voyant son père de dos, son cœur se serra à sa vue. Bien qu’elle soit furieuse contre lui, c’était son père et elle n’oubliait pas tous les bons moments qu’elle avait eu avec lui… seulement vouloir la marier contre sa volonté au roi Paliontos, réputé pour être une horrible personne. Des murmures se firent dans la foule à sa vue. Droite et fière, c'est d'un ton, le plus dédaigneux que la jeune femme annonça haut et fort.


En plus d’être un être abject, vous êtes un menteur Roi Erom ! Jamais je ne serai votre esclave !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Campbell

Princesse Méliana

avatar

Messages : 873
Date d'inscription : 05/10/2008

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: Provocante
Statut Rp: Dispo
Mes relations: Houleuse avec le Roi Paliontos.

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Dim 9 Mar - 18:28

Ma captivité au castel Paliontis était rude. Le roi Erom ne me lâchait pas. Il ne se doutait pas une seule seconde de mon identité. Il savait que je lui cachais des choses, mais il était à mille lieux de la vérité. Je menais bien mon petit jeu, et me plaisais à le faire tourner en bourrique. J’y avais tout de même laissé des plumes. Le Roi Erom méritait sa réputation de Barbares tortionnaire et sadique. Il m’avait torturé sans l’once d’un remords… il jouait avec moi avec mes nerfs. Je lui avais accordé bien trop de chose, plus que je ne n'aurais jamais put l'imaginer... Je le hais, c'est un Paliontos ça sera toujours ainsi, mais ne dit on pas que la haine et l'amour peuvent être étroitement lié? 

Une « sortie » était au programme. Il semblerait que la promise de mon tortionnaire se soit fait la malle. Il était dans une colère noire et j’en avais fait les frais malheureusement. Mais comment en vouloir à Maëlya, à sa place j’aurais certainement agit de la même manière, aucune femme censée voudrait devenir la femme, ou plutôt la marionnette de ce Barbare et si j’en avais eu l’occasion j’aurais applaudit la demoiselle pour son coup d’éclat. Grâce à elle, j’allais avoir l’occasion d’aller me promener à Valbrume et peut être qu’une occasion se présenterai pour que je puisse fausser compagnie à mon tortionnaire.

Pourquoi voulait-il à ce point de ma compagnie ? Non que je m’en plaigne, j’étais certainement mieux à ses côtés qu’enfermé dans les cachots à me faire violer à tout vas par ses hommes… Sa curiosité à mon égard, me sauvera peut être. J’espérais croiser le regards de Méliana dans la future assemblée. Je rêvais du moment où je retrouverais ma liberté. Je ne resterais plus dans l’ombre de ma mère, à mon tour je mettrais tout en œuvre pour lutter contre ces Barbares, enfin surtout contre LUI, j’ai trop perdu par sa faute, il me le paiera un jour.

Nous arrivions au parvis de la citadelle de Valbrume. Le roi marchait fièrement devant, moi derrière entourée de quelques gardes. Un seul aurait amplement suffit, à quoi servaient ces 3 colosses pour garder une simple femme… Bref, si il jugeait cela nécessaire, grand bien lui fasse.

Je n’aurai pas voulu être à la place du roi de Valbrume, Lannistair masque pas le moins du monde sa colère et son dédain à son encontre. Moi, je fuyais le regard du roi Stravos, il pourrait me reconnaitre et foutre en l’air mon secret si bien gardé. En retrait pendant que le roi Erom « pleure » sa bien-aimée envolée, je manque d’éclater de rire. Qui peut croire à son numéro du fiancé épleuré de l’absence de sa promise. J’en avais appris suffisamment sur sa personne pour savoir qu’il jouait une belle comédie et qu’en réalité il avait que foutre de Maëlya.

C’est une voix féminine qui attira mon attention, et c’est en levant les yeux que je découvris la fameuse Maëlya. Mais que faisait-elle ici ? Elle était si idiote que ça pour venir se jeter ainsi dans la gueule du loup ? A cet instant je jette un œil la tête de Lannistair, il devait fulminer et bouillir intérieurement, et je m’amuse de le voir dans une telle situation. Elle venait de le provoquer, et de l’humilier en publique. Je suis bien placée pour savoir qu’il n’est jamais bon de le provoquer ainsi, j’en avais fait les frais à mainte et mainte reprise.

Deux des trois colosses qui me gardaient en retrait de la scène filèrent. La princesse de Valbrume à intérêt à courir vite et faire preuve d’intelligence pour leur échapper. J’espère pour elle qu’elle va s’en sortir, car entre les mains du roi Erom elle va passer un bien mauvais quart d’heure.  

Les esprits s’échauffent, la foule silencieuse, sans voix, regarde tour à tour la jeune princesse et le roi Lannistair. Moi, de mon côté, j’espère une grosse pagaille pour espérer m’en sortir et parvenir à fausser compagnie à mon tortionnaire.  Mes yeux balayent la foule à la recherche de l’une de mes sœurs d’armes, mais il y avait trop de monde pour parvenir à distinguer qui que ce soit. De plus, je ne souhaitais pas trop me montrer afin de ne pas mettre en danger mon secret… Si il apprenait mon identité après cet épisode, je ne donne pas cher de ma peau…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noriendell.forumactif.org
James Blackbird

Membre des saliens

avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 10/02/2014
Age : 27
Localisation : Ici et là

I'm watching you!
Je suis d'humeur...:
Statut Rp:
Mes relations:

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Sam 15 Mar - 19:54

Le jour tant attendu était arrivé. Cela faisait bien longtemps que nous réfléchissions avec Gabriel à une tactique pour affaiblir les Paliontos. Ce n'était pas évident, après tout, nous étions encore si peu nombreux à participer au combat contre ces deux clans aux mœurs si extrêmes tant l'un que l'autre.

Le roi Erom allait faire son discours sur la place publique de la citadelle, tout comme je l'avais entendu la veille. Il avait fallu se préparer rapidement, et trouver le nécessaire adéquat pour se fondre le plus possible dans la masse par la couleur de nos vêtements, mais aussi en masquant nos visages afin de ne pas être reconnus. Gabriel et moi notamment, avions des couvertures telles, qu'elles nous permettaient d'avoir des informations importantes pour notre lutte. Il ne fallait donc en aucun cas faillir à nos couvertures !
 
Je m'étais rendu la veille dans une petite boutique dont je connaissais bien la couturière, Elena. Je lui avait demandé si elle aurait pu me préparer une dizaine de masque avec les tissus en cuir que je lui avait apporté. Cela n'avait pas été mince affaire mais elle parvint à me les coudre rapidement. C'était une femme très habile de ses mains et connue pour son talent. 
Je savais que cela pouvait compromettre notre couverture en lui mettant la puce à l'oreille lorsqu'elle aurait vent, ou verrait ce qu'il se passera à la citadelle, mais j'ai trouvé un bon alibi, du moins je l'espèrais. Ces dix masques me serviraient à une représentation le lendemain après-midi pour présenter le nouveau tissus que je lui ai apporté. Il m'avait donc fallu prévoir le coup, et organiser cette représentation dans l'après-midi de l'aventure que nous allions vivre le matin à la citadelle.

Comme prévu, nous étions là. Maëlya, notre nouvelle recrue viendrait nous filer un coup de main pour distraire l'attention et atteindre ce que nous voulions, à savoir : la fille de la reine Méliana qui était retenue captive par le roi Erom, et dont il ignorait le cachet. Gabriel et moi nous chargerions de nous rapprocher de la jeune femme captive, et les cinq autres membres de l'organisation Salienne tenteront de faire du mouvement pour dissiper la foule. L'objectif ? Distraire le roi et la garde en utilisant Maëlya en appât, puis dans un second temps, distraire la foule pour créer un mouvement de panique au sein de l'assemblée, ce qui, nous l'espérons, détournera l'attention et nous permettra d'approcher la fille de la reine. C'était très risqué pour nous, nous le savions. Nous devions nous rapprocher de l'estrade, et du coup du roi Erom et Stavros.

Lorsque le discours débuta, nous nous sommes tous séparés, afin de vaquer à nos postes respectifs. Seul Gabriel et moi nous dirigions le plus près de l'estrade, à visage découvert au départ pour ne pas éveiller les soupçons. De là où on se trouvait, on pouvait observer la jeune femme captive, à la merci de trois gardes assez costauds. J'espérais vraiment qu'ils allaient partir au signal !

- Regarde ces colonnes, nous pourrions nous cacher là et enfiler nos masques ! Nous ne serons plus loin de l'estrade, et nous pourrons attendre le signal, qu'en penses-tu ?
J'attendais le feu vert de Gabriel, et puis après nous irions droit vers ces colonnes. Il nous avait été facile au départ de les atteindre, mais maintenant, les masques en place, il nous fallait agir et prendre des risques.

Maëlya lança le signal lorsqu'elle se dévoila aux yeux de tous. Cela me fit beaucoup sourire lorsque j'entendis ce que Maëlya rétorqua au roi, quel tempérament de feu. Je dois avouer que j'adore cela.
Gabriel m'indiqua qu'il était temps, lorsqu'il aperçu deux des gardes de la jeune captive partir en courant en direction de Maëlya. Elle avait intérêt à pas se faire attraper !

Je ne savais pas comment procéder. Un garde était resté à son poste et surveillais de près la fille de la reine. Comment allions nous bien pouvoir passer sa garde sans se faire remarquer ? Nous ne pouvions pas non plus le mettre à terre car nous risquions d'être démasquer également...


- Gabriel ? On fait quoi maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Campy

Chef des Saliens

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 19/02/2014

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: à me fondre dans la masse
Statut Rp: fermé pour le moment
Mes relations: diificiles

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Mer 26 Mar - 10:24

De loin nous pouvions déjà entendre la clameur de la foule. Il y avait ceux qui étaient partisans de ce roi de pacotille. D’autres qui en profitaient surement pour crier leur mécontentement. En temps voulu cela nous aiderai peut-être dans notre objectif du jour. Je sais que mon compagnon de route, James, aurait aimé que nous plantions nos lames dans le corps du roi aujourd’hui. Je connais sa déception et cette rage nourrit par les idées de vengeance. Je ressens les mêmes mais je ne peux lui dire. Je ne peux montrer aucune faiblesse, et certainement pas celle de mon cœur…

A présent je fends la foule. Je sors très peu, ma démarche peut-elle encore me trahir ? Le temps passé entre les murs de cette ville m’avait modifié. L temps légèrement plus hâlé à présent, mes cheveux avaient aussi poussé, ainsi que ma barbe que je gardais fournis pour dissimulé mes traits. Mais pouvaient-ils encore me reconnaître ces Paliontos qui furent mes frères d’armes durant tant d’années ? Je ne le montre pas mais le doute m’habite. Je suis sûr de ce que je veux faire, mais si jamais tout échouait avant… D’un mouvement de menton je chassa ses idées noires. Je devais me concentrer sur notre mission du jour. James m’avait rapporté que le roi avait une prise bien spécial et que cet idiot ne s’en doutait même pas… Voilà un bon moyen d’entrer dans le jeu pour notre groupe ! Et ce sauvetage inespéré pouvait aussi nous aidé pour la suite… Avoir la fille de la reine Méliana dans la poche, à coup sûr cela ne peut être que positif !

James m’exposa son idée. Cet homme était un vrai plus pour moi. Intelligent et impliqué, il connaissait aussi parfaitement la ville. Je n’avais fait que lui donner une impulsion et le reste il le mettait en place. Moi qui devais rester dans l’ombre, c’était là une aubaine… Serrant le masque en cuir dans ma main, je suivis son regard vers les colonnes dont il parlait. A coup sûr c’était le bon endroit pour passer à l’acte. D’un mouvement de menton je lui indiquai mon accord. On se dirigea un peu plus vers l’estrade et à présent je pouvais voir la princesse. Lannistair était bien fou pour ne pas voir les traits familiers de la jeune femme… Mais je ne pouvais pas perdre de temps à la détailler. Le but était de la sortir de là, nous aurons tout le loisir de l’observer après.

Mes mains tremblait à la vue de Lannistair. Son petit discours me donna la nausée. J’eu envie de sauter sur l’estrade et de l’ouvrir en deux… Mais je n’aurais même pas eu le temps de l’atteindre. Mais bientôt son sang coulera sur ma lame… Je suivis James et mit mon masque de cuir. Juste à temps. Déjà Maëlya entra en scène. La jeune femme avait vraiment un sacrée courage ! Il faut se méfier des apparences, elles sont souvent trompeuses… Déjà deux des grades s’élancèrent vers elle. Bien la jeune femme avait fait son petit effet !

- Gabriel ? On fait quoi maintenant ?

D’un geste je lui dis d’attendre. Je connaissais les Paliontos et leur façon de faire.

_ Attends. Il va aller protéger Lannistair. Je les connais, leur roi avant tout. Et je pense que Maëlya à réussit à leur faire oublier la princesse quelque temps. Tiens regarde !

Au même moment le dernier garde alla se positionner devant le roi. Un large sourire fendit mon visage. Tellement prévisible. A croire qu’ils sont tous formater de la même manière. Et un jour je fut comme eux… Evitant de partir dans des pensées moraose, je fis signe à James.

_ Viens c’est le moment ! Nous avons peu de temps avant que Lannistair leur dise de ramener la prisonnière à l’intérieur !

Tel un félin, je me glissai silencieusement mais néanmoins rapidement derrière les badauds massés, assistant au retour triomphal de Maëlya. Je savais que James me suivais. Contournant les obstacles qui pouvaient se dresser devant nous, nous arrivons au bas de l’estrade. Rapidement j’attrapai le bras de la captive. Regardant si personne ne nous avait repérés je lui dis :

_ Suivez nous princesse. Soit vous nous faîtes confiance et vous êtes libre, soit vous restez et qui sait ce que Lannistair vous fera. Nous n’avons pas le temps à perdre en discussion !

Me retournant vers James je rajoutai :

_ Amène la où nous nous sommes mis d’accord, ensuite je prendrai le relais et l’escorterai en sûreté. Nous nous retrouverons ensuite à la planque et on avisera sur ce que nous allons faire. C’est ok pour toi ?

Je fis un signe de tête, et lorsque j’eu l’aval de James, je fendis la foule afin que l’on se disperse rapidement. Je savais que je la laissai entre de bonnes mains avec James. D’un geste je retirai mon masque et attrapa le bandeau dans ma poche. L’endroit de ralliement n’était pas très loin, mais personne ne fera attention à nous à cet endroit. Il fallait juste que l’on soit rapide…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Veilleur

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Lun 31 Mar - 11:35

Il m’arrive parfois de détester plus que de mesure ce roi. Il vient dans ma ville et tout semble lui appartenir. Et je ne peux rien y faire. Nous ne sommes pas une nation militaire comme la leur. Nous survivons grâce aux commerce et grâce à ces deux royaumes qui ne cesse de lutter l’un contre l’autre et nous laisse ainsi le loisir de vivre en paix. Et de profiter de cette guerre il faut bien l’avouer… Mais au final n’ai-je pas fais une erreur en lui offrant mon bien le plus précieux ? Ma fille est le trésor le plus cher à mon cœur et je l’ai livré en pâture à cet homme… Je l’ai bien vu, il est arrivé avec une prisonnière. Je n’ai pas pu distinguer son visage mais à voir son attitude, il la retenait captive et qui sait ce qu’il a pu lui faire subir… Est-ce ça que je veux pour ma fille ? Je ne sais pas. La seule chose dont je suis sûr c’est d’avoir besoin de pouvoir. Et le pouvoir je ne peux l’acquérir sans cet homme si détestable.
Alors je supporte l’attitude qu’il a avec moi. Comme à cet instant où il me rabaisse plus bas que terre. Je ne peux rien dire face à son théâtre. Je ne suis qu’un ornement à ses côtés et je dois sourire. Un jour je lui dirai ce que je pense. Et ce jour j’espère le voir à mes pieds baignant dans son sang … Le jeu de pouvoir est vicieux. Nous ne nous aimons pas mais nous avons néanmoins besoin chacun de l’autre. Car sans eux, sans ces différents clans, cette lutte de pouvoir, à quoi nous servirai de tout avoir. Devant qui se pavaner ensuite pour écraser les autres par notre puissance ? Oui cette quête de pouvoir est un cercle vicieux… Je souris intérieurement. Devant je fais des courbettes, mais à l’intérieur je plante un couteau dans le cœur de cet infâme immondice qu’est le roi Erom…
Je l’entends parler de ma fille et j’ai envie de vomir. J’espère qu’il ne croit pas que mon peuple trouve ses paroles sincères… Tous connaissent la cruauté de ce roi. Mais l’appât du gain, ça ça marchera et il le sait pertinemment. Alors à quoi bon tout ce cirque ? A quoi bon faire une tirade si mièvre ?
En plus d’être un être abject, vous êtes un menteur Roi Erom ! Jamais je ne serai votre esclave !
Au son de cette voix mon cœur se sert… Je me retourne, je sais déjà où je vais l’apercevoir. Je ne dis rien, un voile passe devant mes yeux. Je ne sais pas si je dois être en colère ou heureux de la voir ainsi saine et sauve. Et puis rapidement un élément fait surface dans mon esprit. Elle n’a pas été enlevée, elle s’est enfuit. Je le savais bien sûr, mais en avoir la preuve et la voir ici nous narguer… Mon cœur se fissure. Je la regarde un long moment. Elle me fait penser à sa mère. Tout aussi fougueuse et libre d’esprit. Ma fille n’a pas peur de rien, et elle le prouve à ce moment même… Et pourtant elle devrait… Je pivote légèrement pour voir le roi. Son visage est crispé et se prunelles jette du feu. Je n’ai pas d’illusion sur ce qu’il lui fera s’il l’attrape. Et que puis-je y faire ? Maëlya a choisi seule son destin…
Je lève de nouveau les yeux sur ma fille. Et dans un soupir je murmure son nom… Que va-t-il advenir d’elle ? Déjà les gardes du roi sont en ébullition… *Sauve toi ma fille*. Une pensée qui j’espère fera son chemin jusqu’à elle. Je suis furieux ais elle reste ma fille. Ma stupide fille… Il faut aussi que je sauve ma tête. SI je ne réagis pas, je serai au bout d’un pique avant la tombée de la nuit. Je me retourne alors face au roi.
_ Roi Erom, dîtes à vos hommes de passer par la cuisine. Vous aurez alors accès direct aux escaliers qui mènent tout droit à cette chambre ! Maëlya n’aura pas le temps de prendre la fuite ainsi !
Puis je me retourne face à ma garde et leur ordonne de prendre le même chemin.
_ Attrapez là. Ne la laissez pas s’échapper ou alors vous finirez vote journée au fond d’un cachot !
J’essaie de sauver les apparences comme je peux. Maëlya a non seulement mis sa vie en jeu, mais la mienne aussi. Avait-elle pensé à ça ? Pauvre petite fille égoïste…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lannistair L. Erom

Roi des Paliontos

avatar

Messages : 1083
Date d'inscription : 23/01/2014

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: Maussade, fou est celui qui osera me provoquer!
Statut Rp: Ouvert
Mes relations: à venir...

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Lun 31 Mar - 12:19

Le roi avait toujours aimé les mises en scènes. Très théâtrale, très exagérée… Il savait pertinemment que les gens le raillaient pour toutes ces minauderies mais pour Lannistair cela mettait du piquant à son personnage. IL se moquait d’eux ainsi, les mettant dans le rôle de simples spectateurs et lui était le marionnettiste qui faisait d’eux ce qu’il voulait. Cela pouvait sembler être une perte de temps. Mais Lannsitair n’en avait cure. Après tout Anton n’avait qu’à tenir sa fille en laisse ! C’était la faute du seigneur de Valebrume s’il était là. Alors il faisait ce que bon lui semblait, même si cela voulait dire se donner en spectacle devant tout le monde. Et le roi Erom aimait cela ! Sentir les regards braqués sur lui. Et s’il leur paraissait être un fou, cela n’était que mieux. La folie avait une part importante dans sa vie. Sans folie il serait raisonnable. Et s’il était raisonnable, il ne serait pas roi. La folie fait peur…
Il venait de finir son laïus. La foule murmurait, il l’entendait. L’attrait de la récompense fera le reste, il le savait. Le pouvoir de l’argent ! Le roi sourit de toutes ses dents. Il était tellement sûr de lui, que lorsque retentit la voix de la jeune femme, il se figea littéralement. Ses mots l’atteignirent à peine. Leur sens n’avait pas d’importance. Mais jamais il ne se serait attendu à ce qu’elle apparaisse ainsi. Elle le défiait, ouvertement. Le regard du roi était figé sur la foule. Il les voyait le regarder, chuchoté et déjà murmuré sa défaite. Il ne pouvait laisser cela arrivé. Commet tout cela pouvait arriver ?
Le roi sentit dans ses veines la chaleur de la rage déferler. La colère commençait à envahir tous ses sens et tout son être. Son regard devint une tempête de violence. Ses muscles se crispèrent en même temps que sa mâchoire. Lentement il se retourna. Tout disparut ; il n’avait qu’une seule idée en tête. La retrouver et lui faire regretter l’affront qu’elle venait de lui infliger. Il la chercha quelques instants des yeux. Puis il trouva l’impudente. Elle était là sur un balcon le défiant de sa superbe. Un goût amer envahit la bouche de Lannistair. Sa folie était sur le point de se libérer. Il ressentait vis-à-vis de la jeune femme la même haine qu’il avait ressentie contre son père le jour où il lui avait ôté la vie…
Mais il n’allait pas la tuer non… Quand il l’attraperait elle sera à lui, corps et âme. Et il s’amusera à la briser. Littéralement. Elle avait osé le ridiculiser devant tout le monde et il ne pouvait le supporter. D’un geste rageur il commanda à ses hommes de se lancer à la rencontre de la jeune femme. Elle ne pouvait pas lui filer entre les doigts ! Pas comme ça ! Anton lui parla mais le roi n’y fit pas plus attention. Mais ses hommes avait entendu les indications et partirent en ce sens. Lannisitair bouillait. Il avait envie de meurtre… Attrapant un homme au hasard dans la foule qui s’était rapprochée pour mieux voir, Lannistair refit face au public. IL avait maintenant une dague sous la gorge du malheureux. Son regard haineux brassa la foule. Et d’une voix sombre et forte il leur dit :
_ Très bien, j’ai essayé la manière douce. Maintenant sachez bien que quiconque aidera la princesse Stavros finira comme lui !
Désignant du menton l’homme entre ses mains, il joignit le geste à la parole et l’égorgea d’un geste sûr. Le sang se déversa rapidement. Poussa le corps inerte en face de lui le faisant basculer sur la foule Lannistair fulminait.
_ Quiconque s’oppose à moi ira retrouver son créateur rapidement ! Ou alors lentement ! Ramener moi la princesse, n’essayer pas de l’aider ! J’ai des yeux partout et je le saurai ! J’égorgerai votre famille dans son intégralité si vous la cachez ! Ce ne sera pas mes hommes, mais moi qui viendra personnellement vous faire regretter votre traitrise !
Le Roi se détourna alors de la foule et repartit vers son attelage. Ses hommes de garde rapprochée n’étaient plus là. Les idiots avait dû croire bon de partir aider les autres. Soudain le sang du roi se figea. Ses hommes n’étaient plus là… Et sa prisonnière non plus. Son visage se figea. Comment tout cela pouvait-il arriver ? Comment pouvait-il perdre la face ainsi ? Froidement il se dirigea vers les chevaux. Attrapant un serviteur qui trainait par-là, il lui demanda s’il avait vu sa captive. L’homme avait les yeux exorbités par la peur.
_ Elle est partit avec des hommes masqués. Je ne sais pas où je vous le jure. Pitié ne me tuez pas !
Un piège, voilà ce qu’on lui avait tendu ! Et il avait été trop bête pour s’en rendre compte ! Etait-ce l’œuvre d’Anton ? Le roi brisa la nuque du serviteur puis se retourna pour voir le seigneur. Oui cela ne pouvait être que lui… Alors sa rage devint torrent… Il allait lu faire payer ses deux pertes… S’il voulait la violence, il l’aurait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlya Stavros

Membre des saliens

avatar

Messages : 595
Date d'inscription : 10/02/2014
Age : 25
Localisation : Valbrume

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: Maussade
Statut Rp: Open
Mes relations:

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Mar 1 Avr - 5:51

Ses paroles raisonnèrent comme la cloche de la victoire. Maëlya laissa le temps aux deux rois de la voir dans toute sa splendeur, dans une tenue sans aucun apparat. Un dernier sourire puis la princesse tourna les talons sans hésiter. Il fallait faire vite. Elle se mit à courir, le plus rapidement possible, manquant de glisser à plusieurs reprises. Elle entendait la faible voix de son père raisonner dans les couloirs, l’ordre était de prendre les escaliers par la cuisine. Ils voulaient vraiment sa mort ! Quel monstre ! Et dire qu’il l’avait aimée ! A aucun moment, la jeune femme n’avait pensé à la propre sécurité de son père. Ce n’était pas sa priorité. Si son père avait agis ainsi, il en paierait les conséquences. Jamais, elle ne se marierait avec le roi Erom.  

Cavalant à en perdre le souffle, elle voyait la porte de sa chambre entre ouverte. Les pas lourds des soldats retentirent, montrant qu’ils étaient tous proche. Se retournant, elle put les voir à sa poursuite. La garde de son père et des hommes d’Erom. Ouvrant la porte de sa chambre, elle la claqua et fut surprise de voir Nina, derrière une commode à côté de la porte, en train de la pousser de toutes ses forces.


Ma Nina, qu’est-ce …

Aidez-moi à bloquer la porte petite sotte ! Vous allez mourir !

Surprise, elle se jeta sur le meuble en bois pour le pousser et bloquer la porte. Nina n’aura aucune porte de secours pour sortir de la pièce. Ils allaient la torturer, la tuer et son père ne la protégerait pas alors qu’elle était là depuis la mort de sa mère… S’il lui arrivait quelque chose, Maëlya s’en voudrait toute sa vie. Les hommes derrière la porte se mirent à tambouriner la porte. La commode ne tiendra pas longtemps sous leurs coups puissants.

Viens avec moi ! dit la princesse alors qu’elle se dirigeait vers la cheminée, Nina la suivant.

Non, princesse ma place est ici. Pour ma famille.

Oh ma Nina, j’espère que tu me pardonneras, je veux te protéger !

Elle donna une grande gifle qui fit chavirer la servante sous le choc, la regardant de ses yeux offusquées. Sa tête avait cogné le mur sous le coup et la bonne voyait les chandelles, certainement peu habituée à recevoir ce genre de marque de tendresse.  

Évanouis toi, souffla la jeune femme dans un grognement alors qu’elle ouvrait le passage en appuyant sur une pierre dans le fond de la cheminée à peine visible à l’œil non habituée.  

Le passage s’ouvrait lentement alors que la porte commençait sérieusement à céder sous les coups donnés par les gardes. Maëlya jeta un dernier coup d’œil à Nina qui feintait l’évanouissement contre un mur près de la cheminée. S’engouffrant dans le passage, la jeune femme glissa dans le trou quand soudain une main vigoureuse l’attrapa et essaya de l’entraîner à nouveau dans la chambre. Se débattant comme un animal, elle donna plusieurs coups de pied dont l’un d’eux dut atteindre le visage du soldat car ce dernier lâcha prise avec un grognement lui laissant le champ libre. Rampant, elle sut qu’ils ne pourraient la suivre. Leur tenue les empêcherait car trop épaisse avec leurs cuirs, leurs cottes de mailles et leurs plates. Quand bien même ils essaieraient de la suivre, ils risquaient de se perdre dans ce labyrinthe. Elle tira sur la chaîne en fer pour ne pas prendre de risque d’être suivi par un plus maigrichon. Rampant, marchant, refaisant le chemin inverse, elle se sentait soudainement fatiguée par la dose d’adrénaline qui s’amenuisait petit à petit.

Une fois sortie, elle resta assise quelques instants, épuisée. Regardant tout le chemin qui lui restait à faire, elle devait rejoindre les Saliens dans leur repère pour fêter leur victoire. Ils avaient ridiculisaient le roi Erom devant le peuple de Valbrume.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Campbell

Princesse Méliana

avatar

Messages : 873
Date d'inscription : 05/10/2008

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: Provocante
Statut Rp: Dispo
Mes relations: Houleuse avec le Roi Paliontos.

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Jeu 3 Avr - 12:28

Voir le visage de Lannistair se déformer ainsi par la rage et la colère m'amuse. Maëlya le ridiculise aux yeux de tous. Depuis notre enfance, elle n'avait pas changé, elle avait toujours ce tempérament de feu. Enfants, nous étions proches et passions des journées entières à faire les 400 coups ensemble. C'est d'ailleurs pour cette raison que nos parents respectifs ne voulaient plus qu'on se fréquente. D'après ma mère Maëlya avait une mauvaise influence sur moi, et je jurerai que son père avait le même discours me concernant. J'avais bien essayé de lui envoyer des lettres pour reprendre contact, mais ma mère avait dû les intercepter.

La revoir, même dans de pareille circonstance me fait chaud au cœur. En voyant les gardes partir à ses trousses les battements de mon cœur s'accélèrent. De mon avis, ils ne l'attraperons jamais ou en tout cas pas sur son propre terrain. Pour avoir jouer de longues journées avec elle dans ce château, je suis certaines d'une chose : elle le connait mieux que personne.

Le dernier garde qui me surveille accourt comme un gentil toutou auprès de son roi. Mes yeux, hagarde cherchent un moyen pour prendre congé, c'était l'occasion ou jamais. D'un bond, comme deux félins, deux hommes masqués se présentent à moi. Méfiante, je recule d'un pas. Vu leur accoutrement se ne sont pas Paliontos, mais ne sachant pas qu'ils me veulent, je reste méfiante. Ils ne peuvent pas être envoyés par ma mère, elle ne fait pas confiance aux hommes et à plus forte raison lorsqu'il s'agit de s'approcher de moi.

_ Suivez nous princesse. Soit vous nous faîtes confiance et vous êtes libre, soit vous restez et qui sait ce que Lannistair vous fera. Nous n'avons pas le temps à perdre en discussion !

Je les regarde, indécise. Je ne sais rien d'eux et eux en revanche semble parfaitement savoir qui je suis. J'ai que deux options, rester la captive de ce cher Lannistair et endurer sa colère... OU tenter le tout pour le tout et suivre ses hommes en espérant en ressortir libre.

Une occasion pareille ne se représentera sans doute jamais à moi. Je jette une œillade rapide au roi qui vient d'égorger un malheureux sous les yeux des habitants de Valbrume. Sa cruauté me dégoute, mais ne me surprend plus, et l'idée que Maëlya puisse finir entre ses mains me fais frémir. Si je ressors libre de toute cette histoire, je ferais tout pour protéger mon amie d'enfance.

"Je vous suis..."

Soufflais-je aux deux hommes. Je n'avais plus rien à perdre de toute façon. Rien ne pouvait être pire que subir les foudres du Roi plus en colère que jamais. L'homme qui m'avait parlé fendit la foule me laissant avec son compagnon.

Je regarde l'homme prête à le suivre à son signal. Le rythme ralenti seulement lorsque j'aperçus un homme au coin de la rue. L'adrénaline monte à moi comme la lave jailli d'un volcan. J'allais enfin retrouver ma liberté, ne plus être le jouet de ce roi tyrannique. Sortis de la foule avec celui qui semble être mon "sauveur" nous pressons le pas, courant dans les rues pavées de VAlbrume.

Nous quittons rapidement les grandes rues passantes pour nous enfoncer dans les rues moins fréquentées. Le rythme ralenti seulement lorsque j'aperçus un homme au coin de la rue. Tout à l'heure je n'avais pas vu son visage, mais il devait s'agir de son comparse qui devait si j'avais bien compris prendre la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noriendell.forumactif.org
James Blackbird

Membre des saliens

avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 10/02/2014
Age : 27
Localisation : Ici et là

I'm watching you!
Je suis d'humeur...:
Statut Rp:
Mes relations:

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Dim 13 Avr - 18:59

Tout allait très vite, et mon inquiétude n'en était que grandissante. Il me fallait mettre la jeune princesse en lieu sûr, mais je ne voulais pas laisser Maëlya dans une telle situation...
Je me doutais qu'elle devait connaître le château comme sa poche, mais avec tous ces gardes, si personne ne lui venait en aide, j'avais peur pour elle...

La foule s'agitait dans tous les sens, tandis que le roi fou de rage, vint trancher la gorge d'un pauvre malheureux à son service.
Nous n'avions plus le temps de se poser des questions, il fallait se mettre hors de vue, en terrain sûr, sinon nous ne nous en sortirions pas.

Il était toutefois assez difficile de ne pas se faire remarquer lorsque nous avions à nos côtés une jeune femme, dont le visage était assez connu dans les rues en tant que l'esclave de ce roi barbare.
Par chance, nous n'avions qu'un seul homme armé aux trousses ! Prenant la jeune femme par le bras, je l'entraînais le plus rapidement possible, en zigzagant d'une ruelle à l'autre, espérant arriver à le semer de cette manière.

La jeune femme qui m'accompagnait semblait assez troublée, mais me faisait toutefois confiance pour le moment. C était pour moi un avantage, car nous n'avions pas le temps de se poser des questions, cela viendrait plus tard, lorsque nous serons tous hors de danger.

Passant d'une ruelle à l'autre, je jetais de petits coup d’œils derrière moi afin de m'assurer que nous arrivions à le semer.
D'autant plus que je ne pouvais pas me rendre à notre repère si une quelconque personne nous suivait, il me fallait donc être très observateur, et ne louper aucun élément.

Au détour d'une rue, je finis par m'arrêter, et contraint l'ancienne prisonnière à se coller dos à une petite porte qui nous donnait l'avantage de ne pas être vu, puisqu'elle se situait dans un renfoncement.
Je ne voulais pas perdre de temps, alors, observant que la rue était déserte, je m'approcha de nouveau de la jeune femme pour lui murmurer quelques mots à l'oreille.

« Il me faut vérifier que nous ne sommes pas suivi, je vais aller vérifier, je ne serais pas long. Attendez moi ici, s'il vous plaît, faites-moi confiance, je reviens. »

Je plongeais mon regard dans le sien, avec espoir que cela lui donne une raison de rester sagement ici à l'attendre.

« Je peux vous faire confiance ? Nous avons mis la vie de plusieurs de nos Hommes en danger, s'il-vous-plait, ne faites pas tout capoter ! »

Après ces mots, et espérant l'avoir convaincue de m'écouter, je me dirigea vers la ruelle perpendiculaire à celle où nous nous trouvions. C'était là, la dernière fois que j'avais vu « notre » homme.

Heureusement, avec l’attroupement au niveau de l'estrade, les ruelles étaient désertes, et il était donc plus facile de remarquer le moindre bruit, et pour le coup, la moindre personne s'approchant de la ruelle où j'avais laissé la jeune Eden.

M'avançant furtivement, je suivais la trace de l'homme qui nous traquait jusqu'alors. Il n'était pas loin, attendant certainement que nous sortions de notre cachette.
J'étais assez bon pour flairer les pistes, et cette fois encore je ne m'étais pas trompé.
L'homme se trouvait dos plaqué au mur, dans une ruelle perpendiculaire à celle où je me trouvais actuellement.
Sachant qu'il fallait que j'emprunte la rue où je me trouvais pour rejoindre le repère, il me fallait absolument le mettre hors d'état de nuire.

Me collant au mur, et le plus discrètement possible, je m'avançais au plus près de l'embranchement où je le croiserais. Une fois m'être le plus rapprochée possible, il me fallait agir le plus rapidement possible pour le surprendre et l'assommer d'un bon coup sur la tête.
Je me munis du gros poignard que j'avais en ma possession, il allait me servir à l'assommer grâce à son manche.
Avec rapidité, je me montra à sa vue, et lui flanqua un coup sur la tête, le plus fort que je pu afin d'être certaine de l'avoir bien assommé.

Je revins ensuite sur mes pas retrouver Eden. J'étais persuadé qu'elle ne me reconnaissait pas, il faut dire qu'on ne se souvenait pas forcément d'un pauvre vendeur d'étoffes... Toutefois, moi je la reconnaissais, et elle avait bien changé depuis notre dernière rencontre.

« Eden, nous pouvons y aller, vous pouvez sortir de votre cachette. »

Je savais que cela allait peut-être la surprendre, mais je m'y risquais.
Elle m'y un certain temps à sortir de sa cachette, ce qui me vallut une belle frayeur !

L'entraînant toujours par le bras, j'accélérais le pas. Il fallait nous dépêcher, que je puisse aider mes compagnons d'armes à sortir la pauvre Maëlya de ce terrible piège à rat !
J'avais toujours en moi cette sensation de déjà vu avec elle, ce regard qui me donnait un sentiment que je pensais mort depuis bien longtemps. Il faut dire qu'ils me rappelaient tant ma bien aimée...

Mais ce n'est pas le sujet... Je savais que j'arrivais non loin de la vieille bâtisse, appartenant précédemment à mon père. Il me fallait bander à présent les yeux de la jeune femme pour ne pas qu'elle puisse plus tard nous retrouver...
Je la voyais faire la grimace, elle devait certainement penser au pire...


« Ne vous en faites pas, ce n'est que provisoire, je vous emmène en lieu sûr, mais pour cela il me faut vous bander les yeux... »

Je m’exécutais, et l'entraînait toujours aussi rapidement que plus tôt.
Atteignant la vieille bâtisse, je ralentis le pas, la prévenant de chaque obstacle qu'elle était susceptible de rencontrer.
Nous sommes ensuite descendu à la cave et avons emprunter les longs et sinueux chemins dans les égouts. Après un certain temps de marche, nous sommes enfin arrivés à destination : le repère Saliens.
Je conduisis Eden jusqu'à la petite chambre de fortune que nous avions aménager. Ce n'est qu'a ce moment là que je lui enleva le bandeau qui masquait sa vue.

« Je vais devoir vous laisser un moment... Ne vous en faites pas, je vais revenir... Mais je dois m'assurer que mes compagnons vont bien. Nous avons pris de gros risques pour vous sauver des griffes de ce monstre... »

Je lui adressais un sourire chaleureux, puis me dirigeait vers la porte. J'allais devoir la fermer à clef, ça c'était sûr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Campy

Chef des Saliens

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 19/02/2014

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: à me fondre dans la masse
Statut Rp: fermé pour le moment
Mes relations: diificiles

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Mer 23 Avr - 15:45

Tout s’est passé comme je le souhaitais. Les Paliontos ne sont juste que des moutons qui suivent bêtement leur chef. Même si celui-ci est la pire ordure de l’espèce ! Ils ne savent pas faire autrement, programmés dès la naissance à suivre le chemin de la barbarie et de l’aveuglement conçu par le pouvoir … J’en ai fait partie, je suis bien placé pour le savoir ! Mais aujourd’hui ce côté prévisible nous a aidé. Ainsi notre plan a pu se passer comme prévu. Enfin pour le moment. Je sais très bien que nous ne sommes pas encore totalement tirés d’affaire. J’ai vu en homme prendre en chasse James mais je n’ai pas pu leur venir en aide. J’ai moi-même été suivit. Grâce à James je connaissais à présent les ruelles comme si j’y avais toujours vécu. J’ai pu m’échapper. Non sans mal. Mais à présent le plan qui consistait à rejoindre James au point de rassemblement semble plus que compromis ! Il est intelligent et il saura comment réagir.

Pour ma part dois retourner à notre planque. Mais ce n’est pas si simple. Lannistair, passé le moment d’incompréhension que Maëlya à provoquer, a lâché ses chiens dans les rues. Et le roi à fait ce qu’il sait faire le mieux. Faire peur. Pauvre fou qu’est celui qui a été entre ses mains. Que Crom l’accueil en son paradis pour un repos mérité. Je parcours les ruelles, sans réellement avoir de but précis si ce n’est celui que de les mener sur une fausse piste. Entre temps j’ai retiré mon masque en cuir que je fit disparaitre dans une de mes poches intérieure. Mais mon visage est connu. Malgré les changements opérés par le temps, il reste reconnaissable. Il ne faut en aucun cas que je tombe entre leurs mains. Pas encore, je ne suis pas prêt …

Enfin je me décide à aller au repaire. Je vérifie de nombreuse fois que je ne suis pas suivit. Passant par les ruelles les plus sombres, montant parfois sur le toit. Enfin je me glisse dans le passage qui mène à mon antre. Je demande après James mais personne ne l’a encore vu. Il va bientôt arriver ! J’ai toute confiance en lui, il a su à de nombreuses reprises me montrer qu’il était loyal. Il avait entre ses mains un bien précieux ! Quelque chose qui pourra nous mener à notre but à tous les deux, la vengeance.

Je suis dans la pièce qui me sert de bureau. A travers la mince porte j‘entends du remue-ménage. Ils sont là, je le sens. Je ne me précipite pas pour les accueillir, James viendra me rejoindre. Mais la curiosité et l’impatience grandissent en moi. Il faut que je la voie, que je lui pose des questions ! Je dois faire taire mon impulsivité… Ne pas lui faire peur…
Sortant de ma pièce, je vais à la rencontre de James qui ferme la porte à double tour. Il a raison, au final on ne sait pas ce qu’elle peut tenter de faire ! Tant que nous ne lui avons pas parlé, on ne sait pas si on peut lui accorder notre confiance ou non. Je pose alors une main sur l’épaule de mon second.

_ James ! Te voilà de retour ! J’ai vu qu’on vous suivait mais je n’ai rien pu faire étant moi aussi à la merci des chiens de Lannistair ! Merci d’avoir pris soin d’elle. Dis-moi que fait-on d’elle à présent ? Penses-tu qu’on puisse lui faire confiance ?

Nous étions à présent à l’abri. Dehors au loin nous pouvions entendre les cris des hommes qui cherchent en vain la princesse qui vient de s’envoler. Maëlya ne tardera pas elle non plus. Elle est douée. Et par ses actes aujourd’hui elle nous a prouvé qu’on pouvait remettre nos vies entre ses mains… Quand nous serons tous là, je pense qu’il sera temps d’aller voir notre invitée… A nous trois nous serons en mesure de lui faire entendre nos idées. Et qui sait, peut-être voudra-t-elle nous aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Veilleur

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Mer 23 Avr - 15:48

[HJ : L'event touche à sa fin, la princesse est libérée, les Saliens sont de nouveau entre leurs murs. Ceci sera le dernier tour de jeu. Anton et Lannistair clôtureront le côté parvis et Maëlya, Eden et James vont terminerez les retrouvailles dans votre repaire. James clôturera le rp ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Veilleur

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Ven 2 Mai - 9:02


Tout s’est passé très vite. Je n’aurais jamais pu deviner que la journée allait tourner ainsi. Moi qui tenais le pouvoir du bout des doigts, je le sens à présent s’étioler à mesure que les minutes s’égrènent. Qu’avais-je bien pu faire à ma fille pour qu’elle puisse me faire une chose pareille ? Ne l’avais-je pas éduquée dans le faste et le bonheur ? Ne l’avais-je pas choyée ! Et voilà le revers de la médaille ! Me voilà incertain, face à un choix que je ne veux pas prendre ! Sauver ma fille ou la jeter en pâture à ce roi cruel… Non je ne voulais pas être ici. Un bref instant j’en suis venu à regretter d’être le Seigneur de cette ville… Si on regarde bien cela m’avait tout prit : ma femme, l’amour de ma fille, mon honneur et aujourd’hui je crains bien ma vie…

Tout le monde court à droite à gauche, brassant l’air pour aucun résultat. Je ne le sais que trop bien, ma fille doit être déjà loin… Elle qui a toujours été bonne avec ses domestiques, je me doute que l’un d’eux à du l’aider. Nina… Le nom apparaît dans mon esprit. S’il y en a bien une qui a dû l’aider, c’était bien elle. Il fallait que je mette Lannistair au courant. Lui donner un nom calmera peut-être sa fureur ? Je ne suis déjà plus depuis très longtemps un homme d’honneur. Alors donné une femme en pâture ne me pose plus aucun problème !

Je me retourne pour faire face à ce roi lorsque du coin de l’œil je vois sa précieuse prisonnière partir en courant avec des hommes masqués. Comment la journée pouvait-elle encore s’empirée ? Un frisson glacé parcourut mon échine. Je ne suis plus qu’un spectateur alors que j’avais un des rôles principaux. Je ne peux plus rien faire, je suis totalement impuissant et je n’aime vraiment pas ça. Maëlya, comment as-tu pu ? Les évènements se déroulent devant mes yeux mais je ne les vois pas vraiment. Pas même les morts. Je ne sais plus vraiment où je suis, trop abasourdi par la tournure des choses. Comment vais-je bien pouvoir m’en sortir ? Puis tout au fond de mon être s’infiltre une certitude. Je vais mourir. Aujourd’hui, aux yeux de tous. Ce roi cruel ne me laissera pas la vie sauve. Je le vois dans son regard. Il est avide de vengeance et je suis l’objet de ses foudres. Alors une douce pensée vient étreindre ma peur. Je vais revoir celle que j’ai toujours aimée. Ma femme. Nous allons de nouveau être ensemble.

Alors que j’embrasse le paysage pour ce que je pense être la toute dernière fois, mes yeux se posent sur la servante particulière de ma fille. Nina. Elle semble avoir été chahutée et porte les stigmates de coups. Alors mon esprit à un sursaut de survie. Certes infime mais il me faut saisir l’occasion. Désolée mon amour, je ne pense pas que nos retrouvailles soient pour maintenant. Attrapant Nina par le bras je l’emmène devant se roi plein de haine. Je lui tends la jeune femme et les derniers mots que je prononçais ce jour-là furent :

_ Tenez roi Erom, voici celle par qui tout cela à pu être possible ! Nina, la servante bien aimée de ma fille. Vous vouliez un coupable, la voici !

Voilà comme moi je mis fin à la vie d’une femme pour sauver la mienne. Je vis le regard du roi se poser sur la servante et je compris qu’aujourd’hui j’avais réussis à sauver ma vie. Mais pour combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lannistair L. Erom

Roi des Paliontos

avatar

Messages : 1083
Date d'inscription : 23/01/2014

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: Maussade, fou est celui qui osera me provoquer!
Statut Rp: Ouvert
Mes relations: à venir...

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Ven 2 Mai - 9:41

La haine faisait rage dans l’esprit du roi. Tout lui échappait et il comptait bien récupérer les rênes de la situation. Il avait envie de faire couler le sang. Les deux femmes lui avaient filées entre les doigts. Quel idiot il avait été ! Quel échec cuisant ! Il serait la risée de tous pendant longtemps. Même avec toute la violence qu’il pouvait faire preuve ! Oui ils le redouteraient sur le coup mais derrière lui on murmurerait qu’il avait laissé partir deux femmes dont une était sa prisonnière. Pourquoi l’avait-il amené aujourd’hui ? Il avait pêché d’orgueil en voulant parader avec une Méliana auprès de lui. Enfin officiellement. Officieusement il la voulait près de lui, malgré lui. Quelque chose s’était créée entre les deux. Quelque chose que ni l’un ni l’autre ne voudra s’avouer. Ils étaient bien trop orgueilleux et surtout ils appartenaient à deux clans différents qui se détestaient. Dont un était gouverné par lui. Bref rien n’était possible mais Lannistair avait conscience qu’il avait traité la jeune femme avec plus de douceur qu’il n’aurait dû. Et à la première occasion elle l’avait trahit en partant avec ces hommes masqués ! S’il remettait un jour la main sur elle, il lui fera comprendre qu’il ne faut pas flouer le roi ainsi. Et elle pouvait être certaine que ses conditions de captivité seront revues à la baisse…

Lannistair ruminait, fulminait, braquant un regard assassin sur Stavros qui semblait complètement désemparé. Erom n’en revenait pas d’avoir mis un tel incapable à la tête de la cité. Mais il ne pouvait sciemment pas lui ôter la vie aux yeux de tous. Il était certes un roi cruel, connu pour sa monstruosité, mais Lannistair n’oubliait pas qu’il avait nommé Stavros à la tête de Valebrume avec la reine Méliana. Et s’il le tuait, il déclarait la guerre officiellement. Et pour le moment ils étaient loin d’être prêts. LE roi Erom trépignait. Se sentir ainsi les mains liées lui déplaisait au plus haut point. Mas il ferait avec, et il attendrait son heure. En attendant il fallait que Stavros se sente en sursit. C’était le seul moyen pour Lannistair de garder un coup d’avance. Lorsque le Seigneur s’approcha de lui avec cette femme qui pleurait silencieusement, il l’écouta. Sans pour autant changer son regard meurtrier. Puis ses yeux se posèrent sur la femme. Que faire de cette domestique ? Puis soudain Lannistair eu un déclic. Maëlya était donc proche de sa servante… Celle-ci ferait donc une bonne monnaie d’échange. Le Roi la saisit par le bras et l’arracha à la poigne de Stavros.

_ Je l’embraque avec nous. Vous n’avez pas le choix Stavros. Aujourd’hui je vous laisse la vie sauve. Mais demain allez savoir ! Je pars tout de suite mais sachez que ça ne restera pas là. Attendez-vous à me revoir très bientôt. Et je ne serais peut-être pas autant magnanime la prochaine fois !

Sur ces mots, il traîna la servante et la poussa à son attelage. Ses hommes continuaient à fouiller la cité et il en sera ainsi jusqu’à ce qu’ils aient une piste. Quant à lui il partit à grand galop à son fief. La journée avait été un échec total. Il partait blessé dans son orgueil certes, mais il reviendrait encore plus vindicatif. Et Maëlya, où qu’elle soit devait prendre garde à ne pas se retrouver entre ses mains…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlya Stavros

Membre des saliens

avatar

Messages : 595
Date d'inscription : 10/02/2014
Age : 25
Localisation : Valbrume

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: Maussade
Statut Rp: Open
Mes relations:

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Ven 2 Mai - 18:19

Une fois l'adrénaline retombée, la princesse n'arrivait plus à se relever. Ses jambes étaient flageolantes et ses mains tremblaient par la peur. Maëlya se mit à pleurer, relâchant la pression. Un instant, elle crut que c'en était fini pour elle. Les gardes avaient bien failli l'attraper. Qu'allait-il arriver à Nina? Par Artémis, pourvu qu'ils ne lui fassent aucun mal. Nina était là depuis son enfance. Certes, elle avait du caractère mais son père ne risquerait pas ... Elle se comprit que Nina serait envoyée en pâture à ce Barbare. Elle espérait juste qu'ils allaient croire qu'elle ne l'avait pas aidé. Elle ramena ses jambes contre elle et cacha son visage pour continuer à pleurer silencieusement.

Se rappelant le plan, elle devait se dépêcher de rentrer et profiter de la cohue pour passer inaperçue. Henry, un membre des rebelles qui l'avait repérée au départ, devait l'attendre à l'entrer des bas fond pour l'amener au repère des Saliens. Gabriel ne lui faisait pas encore assez confiance pour lui permettre de connaitre l'accès. Sait-on jamais, si elle devait se faire attraper par ce Barbare, il userait de tous les moyens pour la faire parler. Et pour cette raison, la princesse comprenait cette méfiance. Reprenant la route, elle mit une bonne demi-heure pour arriver devant l'entrée de la ville. Il y avait des charrettes contenant des marchandises provenant des deux autres royaumes. Elle marchait à côté d'une charrette venant de Tanaïs, la tête baissée caché sous son capuchon. Les gardes étaient assez distrait dans le sens où il regardait les gens sortir et non entrer. A aucun moment il ne s'attendait à ce que la princesse rentre à Valbrume. Se faufilant dans les ruelles, elle retrouva Henry qui était appuyé contre un mur, coupant un morceau de bois avec une lame affutée.


ça va?

Sans voix, elle hocha de la tête. Ses yeux rouges étaient malheureusement pour elle révélateur.  Il n'attendit pas plus longtemps et lui demanda de la suivre. Jusqu'a ce qu'ils arrivent à une certaine ruelle, il lui tendit le bandeau et Maëlya le mit sans rien dire. L'attrapant par le bras, il l’entraîna dans cette fameuse maison dont elle reconnaissait l'odeur à présent. Descendant dans la cave, Henry l'aida à descendre les marches. Une fois en bas, il lui enleva le bandeau. Tout le monde était arrivé. Gabriel et James étaient déjà là et ils discutaient entre eux. Elle ne s'approcha pas des deux hommes mais elle les regarda de loin. Elle n'avait pas envie de leur montrer son état de fatigue. Maëlya savait qu'il avait récupéré Eden Campbell, la princesse Méliana. Lors de son apparition, elle n'avait pas eu le temps de l'apercevoir. Tout c'était passé si vite!

Où est-elle? murmura la princesse à Henry.

Dans la pièce aménagé. La bas.

Il lui montra d'un signe de tête et Maëlya n'attendit pas une seconde de plus. Avançant rapidement, sans aucun accord, elle ouvrit la porte et découvrit Eden. Sa respiration devint profonde. Que devait-elle ressentir, passer d'une prison à une autre. Certes, ce n'en était pas une mais de son point de vue. La princesse de Valbrume devait la rassurer.

Eden!

Elle s'élança vers elle pour la prendre dans ses bras. Depuis combien d'années ne s'étaient-elles pas vu? Deux ans? Peut-être trois? Elles jouaient ensemble étant petite mais à ses dix huit ans, son père avait décidé de couper les ponts. Maëlya ne put comprendre pourquoi. Jusqu'à présent. Anton Stavros voulait se rapprocher de ce Barbare pour avoir plus de pouvoir. Et rester proche des amazones à cause de sa fille pour qu'elle puisse avoir une amie... c'était hors de question. Evidemment. Elle se détacha pour la regarder. Malgré les blessures apparentes, elle gardait de sa superbe. D'une beauté sans égal, Eden était unique. Gardant ses émotions pour elle, elle la regardait en souriant, essayant de ne pas penser à ce qui allait se passer pour sa Nina.

Comme je suis heureuse de te revoir, Eden. Tout va bien se passer, je te le promet. Je vais faire en sortes que tu retournes chez ta mère.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Campbell

Princesse Méliana

avatar

Messages : 873
Date d'inscription : 05/10/2008

I'm watching you!
Je suis d'humeur...: Provocante
Statut Rp: Dispo
Mes relations: Houleuse avec le Roi Paliontos.

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Mar 13 Mai - 16:30

Perdue, je suivais cet homme qui était pour moi un parfait inconnu à travers les ruelles sombres et étroites de Valbrume. J’enchaîne les pas sans savoir ou je vais, je fais confiance à cet inconnu… Et si j’avais tort et qu’un nouvel enfer m’attend au bout ? Comment en être certaine, et surtout je sais éperdument que je ne pouvais prendre le risque de rester une seconde de plus auprès du roi Erom… Il connaissait mes faiblesses à présent et savais me faire céder à ses avances sans me contraindre… Comment avais-je pus autant lui donner ?

Mon « sauveur », me ramène à la réalité en me planquant subitement dos à une porte. Dans un petit renfoncement. Il était si proche, je sentais son souffle sur mon visage. Je lève mes prunelles claires vers lui… Je voulais lui faire confiance…. Je suis consciente qu’ils ont pris des risques pour me libérer et je suis de toute façon bien trop fatiguée physiquement pour tenter de fuir seule… Surtout que je ne connais pas suffisamment la ville pour ça.

« Vous avez ma parole…. J’attendrai votre retour… »

Mes prunelles dans les siennes, ma voix est presque qu’un souffle, mais suffisamment clair pour qu’il comprenne chaque mot.
Une fois seule, les yeux clos, le dos contre le bois glacé de la porte, de prend le temps de respirer lentement… Reprendre mon souffle et retrouver mon calme. Libre… j’allais enfin être libre…A cette pensé un sourire viens se peindre sur mon visage.
Il revient ensuite me chercher… Et…il m’appel par mon nom. A ce moment je le dévisage, le regarde plus en détail. Nous nous connaissions ? Si c’était le cas, je me demande comment j’aurais pus oublier un visage aussi agréable à regarder… Et puis tout à coup j’eus comme un flash, je replace son visage. Je l’avais déjà vu… au château… James Blackbird le vendeur d’etoffes…

« James… ? »

Soufflais je pour m’en assurer tant cette situation me paraissait incroyable tout en sortant de ma cachette. J’étais là, et n’avais pas bougé comme il me l’avait demandé. Notre course dans les ruelles repris jusqu’à se qu’il me pende les yeux.  Je grimace… Privée de la vue, les battements de mon cœur s’accélèrent, mais je le laisse néanmoins faire… Il me fera pas de mal…pas lui.  

Les yeux bandés, je dois lui faire une confiance quasi totale pour avancer. Je le tien par le bras par sécurité et lorsque je trébuche, je me retiens à lui pour ne pas finir à quatre pattes par terre… Le temps ainsi me parait plus long…

Arrivé enfin à destination il m’enlève le bandeau. Je regarde autour de moi… J’étais dans une petite pièce sombre… Il m’explique qu’il va devoir me laisser ici le temps de voir que ses compagnons vont bien. Il ne me laisse pas le temps de rétorquer quoi que ce soit et ferme la porte…à clé bien sûr.  Une moue se dessine sur mon visage… Me voilà une nouvelle fois enfermée… J’ai horreur de cette sensation de ne pas être libre de mes mouvements. Je tente vainement d’ouvrir la porte et finis par me résoudre à attendre sagement.

Bien plus tard la porte s’ouvre. Un sourire éclaire mon visage lorsque je découvre Maélya. Je lui doit beaucoup sans elle je serais sans aucun doute encore entre les mains de lannistaire. Je me lève et viens la serrer dans mes bras.

« Maelya…. Merci… merci pour tout ma belle. Mais jamais tu n’aurais dû risquer ta vie pour me libérer… Lannistaire ne doit jamais te mettre la mains dessus… Il doit être dans une colère noire… »

J’esquisse un sourire… Amusé finalement de le savoir dans tous ses états… Mais gare à nous s’il nous remet la main dessus… Dieul seul sait ce dont il est capable…. Des pires monstruosités c’est certains.

« Tu seras toujours la bienvenue au château Méliannis… Et là-bas il pourra pas t’atteindre, j’ai une dette envers toi… Et sache que tu peux compter sur mon aide à présent…. Toi et ton clan… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noriendell.forumactif.org
James Blackbird

Membre des saliens

avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 10/02/2014
Age : 27
Localisation : Ici et là

I'm watching you!
Je suis d'humeur...:
Statut Rp:
Mes relations:

MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   Lun 16 Juin - 14:35

La jeune princesse ne semblait pas être la seule à se rappeler.Prononçant mon nom, je savais qu'elle m'avait reconnu. 
J'en était à la fois heureux et inquiet. Si elle ne nous soutenait pas, elle pourrait facilement me dénoncer...
Je lui pria de rester ici quelques minutes le temps de retrouver les autres. 

Je n'eu pas besoin de m'en inquiéter longtemps, j'aperçu Gabriel, puis Maëlya qui arrivait l'un après l'autre.
Je n'oserais le lui dire, mais j'étais soulagée que la jeune femme ne se soit pas fait prendre. Elle prouva qu'il était inutile de douter d'elle et de ses motivations. Ce coup d'éclat avait scellé son destin au sein de cette équipe de l'ombre. Elle était une des nôtres.

Maëlya semblait connaître également la jeune Eden, car elle s'empressa de demander à la voir.

Je voulais lui dire que nous avions réussi grâce à elle, la remercier, et m'excuser de mon comportement de l'autre fois, mais je ne le fit pas. Je restais là, bêtement figé à la contempler. 

Je fut rapidement sortit de ma rêverie par une bonne tape sur l'épaule de Gabriel.

"On a réussi pas vrai ?"

Il m'esquissa un sourire.


"Oui, je sais... Nous sommes à présent découvert... Ce n'est que le commencement de cette longue lutte qui nous attends... Méfions nous du retour de médaille... Toute cette violence n'est que le début..."

A ces mots, je repensais au pauvre homme que le roi Lannistair avait égorgé au yeux de tous...

"Un jour viendra, où il paiera pour ses crimes.."

Je serrais le poing. Gabriel m'attrapa par les épaules.

" Oui, un jour nous le vaincrons, mais en attendant notre vengeance, restons sur nos gardes, ce n'est que le commencement... Je te fais confiance James, soit réfléchi... Notre coup d'éclat nous a révélé et a attisé sa colère...


Nous avons fort à nous inquiéter des événement à venir... Ce n'est que le début..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rien ni personne ne peut flouer le roi! [Event n°1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» De l'amour? Non impossible , personne ne peut m'aimer...
» Rien, ni personne sur mon chemin ne pourra me briser.... - Zackary Bowman
» « Personne ne peut m'empêcher de faire ce qui est bon pour mon pays »
» La vie est une énigme que personne ne peut résoudre. (Swann)
» Personne ne peut fuir son coeur... (Maëlys)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Citadelle Havregarde :: Le parvis-